Il semblerait que vous venez de United States, mais le site actuel que vous avez sélectionné pour la visite est France. Voulez-vous changer de site ?

Oui, merci. No, je souhaite rester sur le site actuel.

Aquaculture

Aquaculture : la demande croissante crée des opportunités sans précédent

Le secteur de l’aquaculture se développe et évolue rapidement. L’aquaculture représente aujourd’hui 50 % de la consommation mondiale de poisson. Selon les prévisions, le secteur de l’aquaculture devrait continuer à prospérer beaucoup plus rapidement que celui de la production de viande. Cette dépendance croissante à l’aquaculture offre de grandes opportunités, mais le risque que courent les producteurs est plus grand.

La pression qu'ils subissent pour augmenter leur rendement s'intensifie. En conséquence, l’impact des installations aquacoles ouvertes sur l’environnement et les espèces sauvages inquiète en raison des maladies et de la quantité croissante de déchets produits. Les poissons et les crustacés élevés dans des systèmes ouverts sont également vulnérables aux maladies présentes dans l’habitat naturel. Or, les producteurs dépendent des courants des rivières et des océans pour emporter les déchets et maintenir des conditions de vie adéquates. Dans un système ouvert, il est difficile d'appliquer les mesures de biosécurité nécessaires à la protection des espèces indigènes et à l'absence de maladie afin de protéger l'élevage. Par conséquent, on constate une augmentation de la demande en installations à terre qui séparent les poissons et les crustacés d’élevage de leurs homologues sauvages.

Les systèmes en circuit fermé, les systèmes à réservoirs comme les systèmes en circuit recirculé (Re-circulating Aquaculture Systems, RAS) ou à circulation libre, permettent de tenir les espèces indigènes à l’écart et d’obtenir un meilleur rendement dans les installations aquacoles. Ces systèmes clos créent des conditions optimales pour la santé de l’élevage, le rendement et la qualité. Les RAS sont même moins gourmands en eau.

Cependant, l’intensification de la production comporte plus de risques. L’équation est simple : une mauvaise qualité de l’eau et des poissons en trop grand nombre engendrent du stress et des maladies. Il est essentiel de contrôler l’environnement aquatique pour la santé de l’élevage. Cependant, les systèmes RAS conventionnels et à circulation libre se sont avérés trop complexes à contrôler, exploiter et entretenir. Un déséquilibre du processus peut rapidement engendrer une épidémie décimant la totalité de l’élevage. Il faut donc disposer de toutes les informations nécessaires pour intervenir rapidement et rétablir les conditions adéquates.